rhume sans antibiotique

10 alternatives naturelles aux antibiotiques

Il est toujours utile d’améliorer nos connaissances en ce qui concerne les aliments, les herbes ou les plantes qui peuvent nous soigner ou nous protéger des maladies. Ceci dans un esprit de retour aux sources, mais aussi de survie si nous sommes un jour dans l’impossibilité d’avoir recours aux médicaments. Certains de ses aliments peuvent être directement consommés sous leur forme organique, alors que d’autres nécessitent d’être transformés, par exemple en huile essentielle ou encore en infusion. Beaucoup de gens ignorent qu’il est possible de se soigner autrement, sans forcément faire appel aux médicaments. Et comme le dit si bien le slogan « les antibiotiques, c’est pas automatique » !

Les antibiotiques pharmaceutiques sont moins efficaces

Il n’est pas question ici de nier ou de contester l’efficacité des antibiotiques, bien au contraire. Depuis la découverte accidentelle de la pénicilline par Alexander Fleming en 1929, ils ont soigné et sauvé des vies par milliers. Pourtant, il faut bien admettre aujourd’hui que nous sommes confrontés à un problème majeur dans nos méthodes de guérison : de plus en plus de souches de bactéries que l’on croyait définitivement disparues, réapparaissent sous une forme qui résiste à nos antibiotiques traditionnels. A partir de là, se pose la question d’une éventuelle épidémie causée par une bactérie dont il n’y aurait pas de traitement disponible (voir cet article pour plus d’informations : Résistance aux antibiotiques : La proilfération des superbactéries).

Il y a une cause qui pourrait expliquer en partie ce phénomène, en plus de notre surconsommation : l’inclusion d’antibiotiques dans l’alimentation animale. Il faut savoir que lorsqu’ils sont utilisés dans l’élevage de masse, ce n’est pas pour contrer des maladies ou des infections, c’est simplement pour faire grossir l’animal plus vite et artificiellement. Dans un communiqué de presse s’intitulant « Arrêtez d’utiliser des antibiotiques pour la production animale », voilà ce que déclarait Donald Kennedy (ancien commissaire de la FDA de 1977 à 1979)

« Quand j’étais commissaire de la Food and Drug Administration, le comité consultatif national de l’agence a recommandé en 1977 que nous éliminions une pratique agricole qui menaçait la santé humaine. Nous avons averti que nourrir régulièrement de faible doses d’antibiotiques les animaux en bonne santé pourrait provoquer une infection des élevages par des bactéries résistantes aux médicaments. Nous avons prévenu les audiences de commencer à restreindre l’utilisation de la pénicilline et d’autres antibiotiques, mais le Congrès stoppa tous les efforts entrepris.

Aujourd’hui, d’après les scientifiques, il est évident que l’utilisation excessive d’antibiotiques en agriculture est dangereuse.

Les représentants des secteurs de l’élevage essaient de rejeter une partie du problème en disant que la surutilisation des antibiotiques dans les hôpitaux est responsable de l’évolution des superbactéries. C’est sûrement une pièce du puzzle, mais les personnes concernés par la santé humaine ne peuvent écarter ou ignorer les preuves accablantes que les pratiques agricoles contribuent également au problème.

80% des antibiotiques vendus dans ce pays sont destinés aux animaux producteurs d’aliments, pas aux personnes. »

Les alternatives aux antibiotiques

Il y a quand même une bonne nouvelle, c’est que nous pouvons éviter ce problème, et même le résoudre en partie. Comment ?

  • En évitant les antibiotiques pharmaceutiques
  • En redécouvrant les bienfaits de certaines plantes, aliments, herbes ou encore fleurs qui sont à notre disposition et en plus gratuitement
  • En achetant des viandes issues de petits producteurs locaux et uniquement nourries à l’herbe

Beaucoup de gens commencent à se rendre compte que ce n’est pas la science qui nous amènera une certaine sagesse dans la guérison, et qu’il faut aller la chercher dans les anciennes méthodes. Pour cela, on se tourne vers les coutumes de nos ancêtres, directement issues de la nature et de tout ce qu’elle peut nous apporter. Beaucoup de ces recettes (ce que l’on appelle aujourd’hui des trucs de grands-mères) sont transmises de génération en génération et c’est pour cela qu’elles existent encore aujourd’hui. Il est bon de les remettre au goût du jour et de les diffuser un maximum dans un souci d’information bénéfique pour tout le monde.

Les anciens avaient un rapport différent à la médecine et à la guérison. Ils savaient que tout cela ne peut être mesuré par la façon dont les personnes exploitent les propriétés médicinales des ressources naturelles, mais plutôt en considérant la santé pour ce qu’elle est vraiment : une partie intégrante de la vie, en harmonie avec la Terre et son environnement.

Il y a beaucoup de petites maladies courantes qui ne nécessitent pas forcément de produits pharmaceutiques. Parmi elles, citons :

  • Le rhume
  • La grippe
  • Les Sinus / Problèmes respiratoires
  • Maux de Gorge
  • Toux
  • Plaies superficielles

Dans beaucoup de cas, ces affections peuvent être traitées efficacement et en toute sécurité avec un changement de mode de vie et des médicaments naturels.

Changer de mode de vie : les bonnes habitudes à prendre

Exploiter le pouvoir de guérison de votre corps nécessite d’abord de prendre bien soin de vous. Il est très important de garder à l’esprit que dans la plupart des cas les bactéries peuvent être combattues si vous et votre environnement le permettent.

Il faut donc veiller à renforcer ses défenses immunitaires afin de pouvoir lutter efficacement contre les infections. Voici donc quelques conseils qui pourront vous être utiles si vous vous sentez un peu faible, et notamment en période froide :

  • Essayer de conserver une routine de coucher en conservant au minimum 8h de sommeil de qualité
  • Faites de l’exercice régulièrement
  • Eviter les sucres transformés dans votre alimentation
  • Consommer des aliments qui ont fermenté naturellement afin d’augmenter votre apport en probiotiques
  • Lutter contre le stress en écoutant quand votre corps dit stop. Vous pouvez aussi faire quelques activités comme le yoga, la méditation ou encore prier
  • Passer du temps à l’extérieur et respirer profondément à plein poumons
  • Faites des exercices de respiration, notamment avec le ventre
  • Maintenir des relations saines (éloignez tous les gens qui ont une influence négative sur vous)
  • Encouragez votre créativité

Toutes ces petites attentions énumérées ci-dessus – si elles sont suivies correctement – vont vous aider à renforcer votre corps et même prévenir les infections. Si vous les appliquez en complément d’une cure alimentaire avec les aliments que nous allons vous citer, les bénéfices seront encore plus importants. Elles aideront également à développer le pouvoir naturel de ces aliments.

Les Antibiotiques naturels

*Sauf indication contraire, les descriptions de ces substances ont été cité dans le livre de Philip Fritchey – Pratical Herbalism : Ordinary Plants with Extraordinary Powers.

Philip Fritchey définit la classe de substances antibiotiques comme ceci :

[…] Des agents qui détruisent ou inhibent la croissance des virus et des bactéries. Certaines de ces herbes détruisent les germes par leur action directe.

Voici donc 10 alternatives naturelles aux antibiotiques :

1. Huile Essentielle d’Origan

Ayant une haute activité antioxydante, l’huile essentielle d’origan contient des propriétés antimicrobiennes qui peuvent aider à combattre la toux et le rhume, améliorer les problèmes digestifs et peut renforcer votre système immunitaire et respiratoire. Une étude a montré que l’huile essentielle d’origan (avec d’autres huiles comme le thym, la menthe poivrée, la cannelle, la sauge ou encore le clou de girofle) a les plus fortes propriétés antimicrobiennes. Cliquez ici pour voir l’étude.

Certains élevages de volailles utilisent cette huile afin de limiter le recours aux antibiotiques chez les animaux (Cliquez ici pour en savoir plus). On ne peut que se réjouir d’une telle mesure qui prouve bien que les consciences sont en train d’évoluer. Il ne reste plus qu’à espérer que cette pratique fasse des émules dans notre pays.

Lorsqu’il est utilisé en aromatique, l’huile essentielle d’origan peut aider à diminuer les affections des voies respiratoires, stimuler l’immunité ou encore donner un sentiment de sécurité. De plus, l’origan se marrie très bien avec le basilic, le fenouil, la citronnelle, le romarin ou encore le thym.

Si vous l’appliquez sur la peau, vous devez faire preuve de prudence car il peut provoquer une irritation si il n’est pas dilué. Pour éviter cela, diluez une goutte d’huile essentielle d’origan dans 3 gouttes d’eau.

Vous pouvez en trouver ici

2. Argent Colloïdal

Cet oligo-élément a fait ses preuves depuis longtemps. On trouve des traces de sa présence dès 400 avant Jesus-Christ, où Hippocrate avait déjà mis en valeur ses propriétés antimicrobiennes. Il a commencé à être employé durant la première guerre mondiale, bien avant la découverte des antibiotiques pharmaceutiques donc. Petit à petit, il a été oublié au profit d’autres produits comme la pénicilline, jugés beaucoup plus efficaces. Avec l’arrivée des superbactéries résistantes aux médicaments, la médecine commence à reconsidérer l’argent comme une solution efficace. En effet, il a été prouvé qu’une faible dose d’argent peut être jusqu’à 1000 fois plus efficace, et peut même permettre de lutter contre les bactéries récalcitrantes aux médicaments (voir la source de l’étude).

La raison pour laquelle il est aussi efficace sur le corps humain aujourd’hui, est que notre sol est de plus en plus pauvre, et que par conséquent les cultures agricoles sont absentes de ces oligo éléments, autrefois présents. Notre corps est alors en carence de ces produits, et ne peut plus faire fonctionner son système immunitaire correctement et de façon optimale.

Vous pouvez en commander en cliquant ici

3. Echinacea

L’échinacéa est l’un des meilleurs remèdes pour aider le corps à se débarrasser des infections microbiennes. En collaboration avec d’autres herbes comme l’ail, le thym, l’argent colloïdal, il peut être utilisé pour toute infection ou une inflammation dans tout le corps. Il est très souvent efficace contre les attaques bactériennes et virales.

Une étude menée en 2007 par National Health Interview Survey a montré qu’utilisé en prévention, l’echinacea réduit le risque de rhume de 58% et réduit d’environ 1,4 jours la durée de la maladie. Récemment remis en question par d’autres remèdes considérés plus simple et moins cher, il est en train de retrouver ses lettres de noblesse grâce notamment à une très vaste étude menée sur l’Echinacea Purpurea (voir la source)

4. Ail

Depuis plus de 5000 ans, l’ail est connu comme un agent de guérison inégalé. Il a été utilisé comme un antibiotique très efficace et on s’en est même servi au Moyen-Age pour combattre la peste. Il possède un grand nombre de vertus dont celles d’être un antifongique (traitement des infections locales ou profondes à champignons microscopiques), antiparasitaire (traitement des maladies dues aux parasites) et antiprotozoaire.

Grâce à son action antioxydante, l’ail participe à la prévention de certains cancers, comme celui de l’estomac, des intestins, des poumons ou encore du rectum. Il permet de se protéger contre des maladies comme le rhume, la grippe, les maux de gorge et permet de préserver son système cardio-vasculaire. Beaucoup de gens l’ignorent, mais l’ail participe également au bon fonctionnement de la libido, il redonne des forces et réchauffe le corps. Enfin, il a une action très bénéfique sur le système digestif, en combattant la constipation, la gastro-entérite et les parasites.

Non content de donner une saveur inimitable aux plats que vous cuisinez, l’ail est un aliment sain et très utile au bon fonctionnement de notre corps. Il peut être consommé de différentes façons et se cultive très facilement.

5. Racine de Mahonia

Recommandée pour le traitement des maux de gorge, des troubles de l’estomac, les intestins, les organes urinaires, l’eczéma, l’acné et les boutons, le psoriasis. Elle contient comme composant principal de la berbérine, connue pour lutter efficacement contre les bactéries. Elle peut être utilisée sous forme de perfusion, un lavage de la plaie ou encore en la séchant dans des capsules. Elle se trouve la plupart du temps sous forme d’huile essentielle (cliquez ici pour en commander)

6. Miel de Manuka

Ce miel est élaboré à base de l’arbre de Manuka que l’on ne trouve qu’en Nouvelle-Zélande ou en Australie. Il est bien supérieur aux autres miels car il n’est pas pasteurisé et filtré (voir notre article sur les faux miels) et se montre beaucoup plus efficace dans le traitement des infections bactériennes. Il est utile pour les sinusites, les maux de gorge ou les bronchites et facilite la disparition de la toux. ON l’utilise également pour soulager des coupures, éraflures ou brulures mineures, mais également en masque pour les peaux présentant une tendance aux imperfections (cliquez ici pour voir la source)

Note : Ce qui en fait un miel d’exception, c’est ce que l’on appelle l’UMF (Unique Manuka Factor). Ce chiffre représente le pouvoir antibactérien du miel, et plus il est grand, plus il est efficace. De plus, il est approuvé par le UMFHA (Unique Manuka Factor Honey Association) et dispose d’une licence séparée pour utiliser la marque UMF. (Voir la source)

Nous vous conseillons par exemple ce miel d’un indice UMF de 18+

7. Molène

La molène est particulièrement adaptée pour le traitement des affections liées aux voies respiratoires. Elle s’utilise en prévention des rhumes et de la toux, mais aussi des bronchites, de l’insuffisance pulmonaire ou encore de l’asthme. Elle est très efficace pour décongestionner les sinus, soulager les maux de gorge ou les maux de tête. On lui connait également d’autres vertus un peu moins connues, notamment celles de rendre la lymphe plus fluide, et par conséquent de réduire les congestions. Elle est aussi efficace sur le système urinaire, car ses feuilles épaississent l’urine et augmentent donc sa rétention. Par ce procédé, elle permet donc de tonifier les muscles de la vessie.

Cette plante peut s’appliquer en huile essentielle, ou bien en trempant ses feuilles et en les appliquant à même le corps sur les parties à soulager. On peut également la consommer en interne (sous forme d’infusion par exemple), et on notera que cette herbe est parfaitement adaptée aux enfants.

8. Myrrhe

La Myrrhe est utilisée depuis des centaines d’années pour ses propriétés antiseptiques, antibiotiques et antivirales. Elle peut être consommée en interne (gargarisme par exemple) ou en externe (huile essentielle). On la recommande souvent pour les infections bactériennes orales, les plaies dans la bouche, la bronchite et les maux de gorge.  Cependant, la myrrhe ne doit pas être utilisé pendant la phase aigüe de la maladie, et son usage en interne est limité dans le temps.

9. Sauge

La Sauge a toujours bénéficié d’un grand respect, et ce depuis le Moyen-Age. Hippocrate disait d’elle « qu’un homme ne saurait mourir s’il fait pousser de la Sauge dans son jardin ». Les vertus de la Sauge sont tout bonnement impressionnantes, et la liste est très longue. Elle a la capacité de guérir les maux de bouche, de dents, du sang, des articulations, du foie de l’urine, les maux de tête, les sinus, la gorge les poumons et enfin l’estomac.

En utilisation interne, ses propriétés astringentes et antiseptiques peuvent s’appliquer avec des gargarismes pour calmer la toux, la gingivite ou encore les maux de gorge. En tisane, elle aura pour effet d’améliorer la digestion, de traiter les vomissements et éventuellement la diarrhée, et elle a également la propriété de réguler la transpiration excessive. Chez les femmes, elle pourra être utile pour soulager les douleurs dues aux règles, ou encore les bouffées de chaleur dues à la ménopause.

En utilisation externe, elle pourra s’appliquer directement sur les petites morsures ou les petites piqures agissant ainsi comme un premier secours. Elle a la vertu de désinfecter, et d’aider à la cicatrisation.

10. Thym

Le thym est un excellent expectorant, c’est à dire qu’il favorise l’expulsion du mucus des voies respiratoires. Il est fréquemment utilisé pour renforcer et protéger le système respiratoire depuis longtemps par les herboristes. Son huile essentielle est un excellent désinfectant que l’on peut utiliser pour les problèmes de peau (acné etc…). Utilisé en infusion ou en inhalation, il procure une sensation de soulagement quasi immédiate. Vous pouvez également le cultiver, et en faire sécher les feuilles, qui ont l’avantage de se conserver très longtemps.

Note : Certaines herbes ne sont pas recommandées pour les enfants, les femmes enceintes ainsi que celles qui allaitent. Elles peuvent parfois avec certaines interactions néfastes avec des médicaments pharmaceutiques. Nous vous conseillons de consulter un professionnel de la santé avant d’utiliser cette médecine alternative.

Pourquoi utiliser des herbes ?

Tout d’abord, les herbes ont une action efficace, mais qui se fait aussi en douceur. Il est assez rare de présenter des effets secondaires après en avoir consommé avec modération. Elles présentent surtout l’avantage de pouvoir se cultiver très facilement et presque n’importe ou. Toute personne disposant d’un bout de terrain ou d’une cuisine devrait en produire pour son propre usage. Vous pouvez très bien en cultiver dans votre cuisine, pour peu qu’elles soient exposées à la lumière une partie de la journée. Cela permet de pouvoir assaisonner ses plats avec des herbes fraîches à la saveur incomparable, mais aussi de pouvoir se soigner.

N’oublions pas non plus que les herbes sont présentes depuis très longtemps dans notre monde, et que nos ainés avaient l’habitude les intégrer d’une part à leur alimentation, mais surtout à leur traitement. C’est à notre tour aujourd’hui de les utiliser avec respect et sagesse, mais surtout de les partager autour de nous pour que chacun puisse agir sur sa santé. En complément d’un rythme de vie sain et équilibré, ne serait-ce pas le début de la recette du bonheur ? En tout cas, cela y ressemble fortement !

Source : Frugallysustainable 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *